accueil > Balades > Evénements > Rando des Mouettes 2011 > Le récit de la rando Jour par jour

Le réveil au son du bonjour-bonjour suave du Président s’accompagne ce matin d’une lumière très agréable qui nous rappelle qu’on est en Bretagne et qu’on y est plutôt bien :)

Un solide petit déjeuner, un prompt remballage du campement, et hop, nos 20 guerriers à roulettes repartent à l’assaut du relief breton pour ne rien manquer du programme, assez chargé.

Nous commençons par une visite de Port Louis, de sa forteresse et ses remparts Vauban, où nous prenons le bateau pour effectuer la traversée jusqu’à Lorient. Là encore une mer particulièrement calme ne permet pas de se faire une idée claire du climat breton, mais tant pis ! Tout le monde aura apprécié ce moment de détente…

Débarqués à Lorient, nous rechaussons promptement, slalomant entre les ombres des goélands qui, à coup sûr, nous visent de leur croupion. Nous partons plein Sud, vers Larmor-plage, où nous déjeunerons parmi les coccinelles, étrangement nombreuses au bord de cette belle plage de sable fin. C’est une année à pucerons paraît-il !

Puis nous continuons sur la route côtière. Là, nous déchantons un peu : c’est une nationale droite, avec beaucoup de passage, peu de place pour se garer, et un vent qui forcit d’heure en heure. Nous décidons de quitter le bord de mer pour une petite départementale qui trace tout droit sur Guidel et nous offre, outre un gratton redoutable sur les premiers kilomètres qui nous rappelle les parfums de Bourgogne, une inoubliable descente pleine de virages-surprise, qui redonne le sourire à ceux qui l’auraient perdu dans le vent venu de l’Océan.

Mais franchement, Guidel nous importe peu. Non, ce qu’on cherche à atteindre aujourd’hui, c’est l’élevage de chèvres de Marie Sylvestre, à Clohars-Carnoët.

82 chèvres dont le lait est exclusivement réservé au fromage, 23 hectares de champs « pour un bon équilibre alimentaire », un élevage de vaches écossaises (les rousses à poil long) « pour le plaisir », et une dizaine de fromages délicieux : cela fait maintenant 5 ans que Marie, ingénieur agronome, s’est lancée dans cette aventure, avec succès comme nous aurons le plaisir de le découvrir lors de la dégustation — mais nous y reviendrons. Une fournée de chevreaux par an, depuis 5 ans, les femelles étant gardées et les mâles étant vendus pour la viande. « Je n’ai pas le courage de les abattre » nous avoue Marie, avant de nous préparer un grand plateau de fromage. Échange de bons procédés : de notre côté nous apportons le cubi de vin rouge, notre pain frais, et nous lui faisons goûter un petit verre de pommeau.

La combinaison est excellente et après avoir dévalisé le stock de fromages pour l’apéritif du soir, nous repartons, repus de petits frais, de bûche cendrée et de tomme, sur la route du camping.

Domaine de Trochérou (Riec sur Bélon), tout le monde descend ! Nous arrivons tardivement au camping — Riec sur Bélon a visiblement été bâti au sommet d’une colline — qui nous réserve la bonne surprise d’une salle en dur pour le dîner.

- Article Précédent Article Suivant

Les autres journées de la rando
- Jour 0, rencontre des patineurs : Bourg-des-comptes
- 1er jour : Bourg-des-comptes à Loyat
- 2e jour : Loyat à Theix
- 3e jour : Theix à Saint-Cado
- 4e jour : Saint-Cado à Riec-sur-Bélon
- 5e jour : Riec-sur-Bélon à Kervel
- 6e jour : Kervel à Camaret-sur-mer
- 7ème jour : Camaret-sur-mer à Locmaria-Plouzané


0-Trace GPX du 4ème jour,
document GPS , 544.2 ko

1-
document JPEG , 95.7 ko

revenir rubrique Le récit de la rando Jour par jour